hr | en | de | cz | it | fr | pl | si | ru | sk

Saviez-vous

La griotte de Marasca (Maraska)

La griotte de marasca était autrefois le symbole et le synonyme du lieu, la perle économique du siècle dernier. La marasca dalmate est la griotte de la plus haute qualité au monde, et les Brela sont au summum parmi les zones propices à sa culture.

La variété de la marasca de Brela est la Sokoluša. En plus de son goût excellent, on observe un effet bénéfique sur la santé humaine à travers ses propriétés anti-inflammatoires, immunostimulantes, antibactériennes, antiallergiques, antivirales et anticancéreuses.

Pendant de nombreuses années, elle a été pour les habitants de Brela la principale source d’existence, il est donc compréhensible qu'ils soient heureux et fiers quand la récolte a été bonne. De la provient l’expression : "De Brela, et alors ?"

Plage de Punta Rata

Classée par le magazine américain Forbes à la 6e place des 10 plus belles plages du monde et à la 1ère en Europe!

Selon le site américain Huffington Post 2014, Brela est élue destination de rêve et comme raison de „sauter“ dans l'avion pour la Croatie au plus vite.

Selon le site belge European Best Destinations – une des plus belles plages 2015. Le site Business Insider a publié, en mai 2015: “La plage Brela, entre Split et Makarska, une oasis méditerranéenne avec six kilomètres de graviers blancs, interrompue par des figuiers et des oiviers… ”

http://www.livecamcroatia.com/najljepse-plaze-hrvatske/brela-kamen-atraktivna-plaza-web-kamera/

Šakan

Šakan est le nom original de la localité de Brela, représentant le symbole en pierre du tourisme croate, un phénomène du paysage naturel et une marque reconnaissable du tourisme croate.

La tendance du tourisme moderne est de négliger l'histoire de cette localité. C’est pourquoi aujourd'hui cette localité est populairement appelée Kamen Brela (Pierre de Brela), tandis que antérieurement, jusqu'au début du 20ème siècle, cette localité a été nommée Šakan.
Le nom Šakan provient du fait qu'auparavant cette localité était l'habitat naturel du phoque moine de Méditerranée, monachus monachus, qui est aujourd'hui en voie d'extinction, enregistré sur la liste rouge de l'UICN, populairement connu sous différents dénominations mythiques comme celle de Šakan.
 
Le phoque habitait aussi dans les eaux de Soline-Loznica, une localité à proximité de cette Brela. Ce fait est témoigné par le nom de Medvidina, une petite plage placée au fond d'une grotte naturelle, juste un endroit parfait pour "s’allonger" après un repas copieux de poissons dans les zones riches et préservées du sous-marin à proximité de Brela.
 
Les derniers représentants permanents de cette espèce ont été observés dans ces endroits au début du 20e siècle.
 
Dans la littérature croate, ils sont d'abord mentionnés par les Bénédictins dans le 16ème siècle, et du point de vue scientifique ils ont été décrits en 1779.
 
Il est très intéressant le fait que c’était justement cette zone de Brela qui a été détenue et exploitée par les Bénédictins et il reste toujours un mystère si son nom est associé avec les Bénédictins.
 
En raison de l'ignorance et de manque de connaissances de cette espèce, il y avait quelques résidents de Brela qui ont donné des attributs mythiques à ce mammifère comme créature marine, moine marin ou ermite marin dont le témoignage est le nom scientifique de monachus monachus.
 
Pareillement, en raison de l’ignorance, les résidents locaux exprimaient leur crainte de cet mammifère et le chassaient en exclamant "Buuuuuu, le Šakan!" En plus, ils utilisaient souvent le nom de Šakan, qui représentait pour eux une créature mythique, dans leurs menaces, comme par exemple Le Šakan te prendra avec lui! Ils considéraient que cette créature sortait de la mer avec un but spécifique. Bien sûr, ils ne possédaient des connaissances scientifiques sur les besoins biologiques de ce mammifère.
 
Ce phoque a quitté la localité de Brela, ainsi que la région méditerranéenne au sens large, parce qu’il était à la recherche d'un mieux habitat, d’un habitat non-affecté et préservé, de la paix et de la solitude d'un ermite, étant menacé par l’agression des résidents locaux et des pêcheurs. Par contre, il a laisse son nom de Brela dans la pierre du tourisme croate et a marqué son existence sur ces territoires. 
 

L'arrivée des Croates à la mer

On raconte que c'est exactement à Dupci qu'ils se seraient exclamé: "Mer, mer!"

Les dîners de gala

Les restaurateurs de Brela soulignent fièrement le fait d’avoir été les premiers de l'Adriatique, à la fin des années 60 au 20ème siècle, à introduire de somptueux dîners de gala avec plusieurs plats, ainsi que le cocktail show dans nos hôtels. A cette époque, c’était de tels spectacles que de nombreux hôtes venaient jusqu’ à deux fois par an, afin de profiter de ces cérémonies royales. Nos marins des navires de croisières les ayant introduits dans le tourisme de Brela.

La légende de la cité engloutie de Pelegrin

Les légendes sur la ville engloutie de Pelegrin se transmettent de génération en génération. Il existe deux versions similaires.

Pelegrin était une grande et belle ville qui un jour, a été maudite et fut engloutie. La légende veut que chaque année, le jour de Noël exactement à minuit, émerge un carrosse avec deux chevaux blancs au grand galop, dans lequel se trouvent la princesse et le prince. Pour que la ville s’ouvre, ou plutôt revienne à la surface, la personne qui au même moment se trouve a cet endroit doit sauter dans le carrosse et donner les rênes au prince.

Cette histoire nous a été contée par Stipe Zubanović dans le livre "La marche avec la bora" ("Hod s burom").

Une version quelque peu différente est rapportée dans son livre Ante Putnik (Ante Carević):

Les habitants de la ville engloutie de Pelegrin attendent impatiemment l'instant de la renaissance de la ville. Cependant, pour que cela se produise, nous attendons le héros qui, le jour de Noël exactement à minuit, viendra près de Gogolj attendra la jeune fille sur un cheval blanc. Il lui prendra la main et la conduira vers Čerovica.
La route de Čerovica, sanctuaire votif de la ville engloutie, est pleine de périls dont le plus grand est l’eau sauvage qui suit de près les cavaliers dans l’intention de les avaler.

Quoi qu'il en soit, nous attendons toujours le héros qui va faire en sorte que l'histoire de la ville engloutie de Pelegrin ait sa suite. Bonne chance à lui!
 

Des vacances actives

Voir tous
 

Le prix Fleur bleue 2012.

Croate d'action National Tourist Board FLEUR BLEUE comprend l'évaluation de la propreté des stations côtières croates dans son ensemble et les différents éléments.

Brela 23°C
Humidité 43.7 %
Pression 1014 hPa
Visibilité 10 km
Vent 24.1 kph
© TZ Brela 2014.       Development:   Nove vibracije d.o.o.